Inside/Outside the Circle: From the Indochinese Designated Class to Contemporary Group Processing

Robert C. Batarseh

Abstract


Abstract

This article compares the conditions surrounding the creation of Canada’s former Indochinese Designated Class and the contemporary group processing program. Under this program the UNHCR identifies and refers entire groupings of refugees for resettlement in Canada. The article also briefly touches on the selection of Tibetan refugees by Canadian officials in the late 1960s and early 1970s. The Designated Class framework streamlined eligibility for resettlement and allowed government officials to respond to persons not covered by the narrower definition of refugee under the Convention. In a similar fashion, contemporary group processing aims to make resettlement processing efficient by skipping refugee status determinations and using group profiles. The aftermath of the Indochinese resettlement programs and the tightening of eligibility under the Indochinese Designated Class have shaped the creation of group processing. Concerns over “pull factors,” economic migration, and fraud, along with the securitization of migration, have led to a preference for homogenous and self-contained groupings of refugees. The article traces the Canadian government’s preoccupation with visualizing and drawing boundaries around groupings of refugees. While both group processing and the former Indochinese Designated Class aim to make resettlement processing efficient, this objective plays a more prominent role under the former, intersecting with security practices in unique ways and informing the selection of groupings of refugees.


Résumé

Cet article entreprend une comparaison des conditions influant sur la création de l’ancienne Catégorie désignée d’Indochinois du gouvernement canadien avec celles qui ont contribué au  programme contemporain de traitement groupé de cas des réfugiés. Sous les auspices de ce programme, le HCR identifie et désigne des groupements entiers de réfugiés pour la réinstallation au Canada. L’article évoque également de façon brève le sélectionnement des réfugiés tibétains par des fonctionnaires canadiens durant la fin des années 60 et le début des années 70. Le cadre des Catégories désignées avait simplifié le processus d’admissibilité pour la réinstallation et permis aux fonctionnaires du gouvernement de s’adresser aux personnes qui n’étaient pas couvertes par la définition plus étroite du statut de réfugié sous la Convention. De manière semblable, le traitement groupé contemporain de cas de réfugiés a pour objectif de rendre efficace le traitement de demandes de réinstallation en sautant l’étape de détermination de statut de réfugié et en se servant des profils groupés. L’article propose que les conséquences des programmes de réinstallation visant les Indochinois, ainsi que le renforcement des critères d’admissibilité dans le contexte de la Catégorie désignée d’Indochinois, ont influencé la création du traitement groupé de cas de réfugiés. Les préoccupations vis-à-vis des « facteurs d’attraction » pour les migrants, la migration économique, et la fraude, ainsi que la sécurisation de la migration, ont contribué à une préférence pour des groupements homogènes et bien délimités de réfugiés. L’article décrit la préoccupation du gouvernement canadien en matière de visualisation et de délimitation de groupements de réfugiés. Bien que le traitement groupé ainsi que l’ancienne Catégorie désignée d’Indochinois partagent le même objectif de rendre le traitement de la réinstallation plus efficace, cet objectif joue un rôle plus important dans le cas du premier, se croisant avec des pratiques de sécurisation d’une façon inédite et influant sur la sélection de groupements de réfugiés.

Keywords


resettlement; refugee policy

Full Text:

PDF


......