US Leadership and the International Refugee Regime

Susan F. Martin, Elizabeth Ferris

Abstract


This article examines the role of the United States in the international refugee regime. It argues that the United States generally leads in assistance and protection of refugees and displaced persons when three conditions are present: a strong link to US foreign policy; clear and highly visible humanitarian needs and important domestic constituencies in support of action; and strong congressional support. The United States manifests its leadership through its financial contributions, as the largest donor to the array of international organizations with responsibilities in this area; resettlement of the refugees; and the use of the convening power of the US government. Nevertheless, there are reasons to be cautious about US leadership. While it is unlikely that the United States will soon lose its status as principal donor and principal strategist on tackling displacement, its ability to generate new resettlement offers is less clear, as is its ability to increase its own resettlement levels. The asylum system still has significant gaps, making it difficult for the United States to lead by example.

 

Cet article examine le rôle que jouent les États-Unis (É.-U.) vis-à-vis du régime international des réfugiés. Il défend l’idée que les États-Unis jouent généralement un rôle de leader actif en matière d’assistance et de protection apportées aux réfugiés et aux personnes déplacées quand trois conditions sont remplies: l’existence d’un lien solide avec la politique étrangère des É.-U., un solide soutien du Congrès, et la coexistence de besoins humanitaires manifestes et particulièrement visibles et d’importantes parties prenantes nationales pour soutenir leur action. En tant que principal donateur des organismes internationaux responsables dans ce domaine, les É.-U. expriment leur leadership par leurs contributions financières, mais aussi en réinstallant les réfugiés et en faisant appel au pouvoir de mobilisation de leur gouvernement. Il existe néanmoins des raisons d’être vigilant vis-à-vis de leur leadership. Même s’il est peu probable qu’ils perdent dans un avenir proche leur statut de principal donateur et leur place parmi les principaux stratèges de la problématique des déplacements, leur capacité à offrir de nouveaux sites de réinstallation est moins évidente que celle de développer leurs propres sites. Le régime d’asile comporte encore d’importantes lacunes, qui rendent difficiles pour les É.-U. de diriger par l’exemple.


Keywords


refugee regime, power

Full Text:

PDF


......